Une histoire de plus de 350 ans

Une histoire de plus de 350 ans

La naissance de L’Ange-Gardien

De 1608, année de la découverte de Québec par Champlain, jusqu’à 1634, à l’arrivée de Robert Giffard, plusieurs tentatives pour peupler et coloniser la Nouvelle-France se sont soldées par des échecs.

Un contrat a été signé le 3 décembre 1655 avec Pierre Maheut et Jean Trudel qui s’obligeaient à défricher cinq arpents de terre à l’Est de la Chute Montmorency, aujourd’hui Boischatel. C’est ainsi que Pierre Maheut et Jean Trudel devenaient les deux premiers colons permanents le 29 septembre 1657.

Un passé agricole

Dans le passé, la topographie de cette paroisse a servi à la fois l’agriculture par ses coteaux en terrasses et l’industrie d’antan, par ses cours d’eau nombreux et vigoureux. En effet, comme pour faciliter la vie des premiers colons, la nature a gratifié ce territoire de barrières naturelles, parallèles au fleuve Saint-Laurent. Les rivières se trouvaient canalisées du nord vers le sud pour la section forestière, et du sud vers le nord pour la section des coteaux. Le caractère agricole de la paroisse se manifeste par le grand nombre de maisons et bâtiments de ferme éparpillés tout le long du Chemin du Roy, maintenant devenu l’avenue Royale. Certaines de ces habitations de pierre ont été construites il y a plus de trois siècles. Elles sont typiques de l’ancienne architecture française.

L’industrie ancestrale, dérivée du blé et du bois a laissé des traces telles que la Retenue sur le lac et les vestiges de deux barrages sur la rivière Lotinville.

La paroisse de L’Ange-Gardien

D’après des documents conservés aux archives de l’Archevêché de Québec, une première messe a été célébrée le 18 octobre 1664 dans la maison de Jean Trudel. Ce faisant, le territoire de L’Ange-Gardien se détachait de Château-Richer pour devenir une paroisse autonome.

Le nombre d’habitants étant d’environ 125 personnes en 1664. Ceux-ci élisent trois marguilliers qui recueillent les dons et aumônes qui serviront à bâtir une église et un presbytère. D’abord construite en bois, une église en pierre est édifiée en 1675 en bas de la côte, dans une prairie non loin du fleuve.

Une nouvelle église est construite en 1717, par monseigneur Gaspard Dufournel, à la place où est située l’actuelle église. Cette dernière est incendiée en 1931, qui sera remplacée par celle que nous connaissons actuellement.

Et actuellement ?

De nos jours, la municipalité s’est continuellement développée, passant d’un milieu exclusivement agricole à un milieu semi-urbain. L’arrivée d’entreprises a amené une nouvelle dimension, provoquant un accroissement de la population, et ce, dès le début du 20ème siècle. Située à 20min du centre-ville de Québec, notre municipalité a su attirer une population dynamique, tout en conservant ses racines agricoles qui en ont fait son charme.

X